4 façons de booster son business avec le retail

By Workshop 12 avril 2018 Blog No Comments

L’initiative récente de Franprix, d’ouvrir un 24/24, nous montre, qu’au-delà des formats de type hyper, super, superette…ou d’une « clusterisation » des concepts souvent liée à la qualité de la zone de chalandise, le magasin physique peut, s’il continue sa mue, redevenir un booster de business (Franprix annonce +20% additionnel pour cette ouverture entre 21h et 6h). Car malgré la révolution du commerce, le client continue d’apprécier le service, la rapidité et le « convenience » !

Voici les idées les plus innovantes du moment en matière de commerce :

1. Centres de services & hubs d’inspiration !

Nordstrom a ouvert en octobre dernier à West Hollywood « Nordstrom Local ». Ce lieu fonctionne comme un hub de quartier : on s’y rend pour une manucure ou pour boire un café ou un jus pressé à froid, puis accompagné d’un styliste ou d’un personal shopper, on en vient à choisir des vêtements et les essayer dans l’un des 8 vestiaires mis à disposition. On peut aussi s’y rendre pour récupérer sa commande passée directement sur le web le jour même, à condition que celle-ci soit passée avant 14h.

Cerise sur le gâteau : le retoucheur pourra ajuster votre pièce en direct ! Le pari de Nordstrom est de créer un concept store axé sur le service, l’inspiration et la facilitation, tout en créant un lien évident entre le magasin physique, le web et la maison !

2. Showrooms & boutiques itinérantes !

Le pure player de chaussures de luxe 100% italiennes, M.Gemi, a ouvert 2 showrooms – aux collections renouvelées de façon hebdomadaires – permettant de rapprocher les fabricants au savoir-faire artisanal et le consommateur final via un marketing aussi experientiel qu’humain. L’enjeu est de permettre aux visiteurs de ressentir intimement, via le produit, mais aussi par le biais du digital instore, le savoir-faire des producteurs.

Pour compléter sa présence physique, M.Gemi lance régulièrement de nouveaux camions pop up qui sillonnent le pays pour faire découvrir les collections et développer la notoriété de la marque, sur le modèle de Bonobos : les clients choisissent leur article, payent et partent les mains vides, arrivant à la maison plus tard pour le trouver livré devant chez eux.

3. Storytelling & expérience de marque !

L’achat de valise est toujours très fonctionnel, réfléchi ou se produit juste avant un départ, en achat de dépannage. Et la plupart des concepts de réseaux de vente de bagages n’apporte rien de très innovant. Away a inventé une nouvelle façon de vendre son produit : l’originalité réside dans le fait que le  fameux produit n’arrive qu’en fin de parcours ! Avant de découvrir l’objet de convoitise, présenté dans de multiples coloris, le point de vente met l’accent sur le bénéfice indirect que procure l’achat d’une valise, à savoir le voyage !

A l’instar de Warby Parker qui fait de ses magasins de lunettes de véritables bibliothèques, quand vous pénétrez chez Away, vous vivez une expérience de découverte et d’aventure : livres de voyage, guides et souvenirs laisseront à jamais une empreinte dans votre expérience de la découverte de votre valise !

4. Engagement de la communauté

Pour Frank and Oak marque Canadienne de prêt à porter lancée en 2012 dans la cuisine d’Ethan Song, les magasins ne sont pas faits pour faire des ventes ! Dès le départ, Song investit énormément dans le mobile et envisage ses points de vente comme la parfaite convergence de l’omnicanal (rencontre du mobile et du physique). Les magasins sont alors considérés comme des média où la mesure du succès n’est pas la rentabilité au m2, mais leur capacité à faire vivre des expériences et à engager les communautés.

Point intéressant : Frank and Oak, avec ses magasins médias, ne tombe pas dans l’écueil du tout écran… au contraire : “si les clients sont sur les téléphones dans votre magasin, pourquoi leur ajouter plus d’écrans qu’ils n’en ont déjà ?”

KEY LEARNINGS : 


Avant de refaire son concept de magasin, il est essentiel de remettre en question son modèle marchand et son expérience de marque, en se posant les questions suivantes :

01

Qu’est ce qui manquerait au monde si ma marque n’existait pas ?

02

Autrement dit, quelle est ma promesse ? et comment vais-je la mettre en scène pour engager les foules ?

03

Sur quel(s) produit(s) phare(s) vais-je m’appuyer pour traduire cette évidence ?

04

Quel service emblématique vais-je mettre en avant pour marquer les esprits et fluidifier l’expérience d’achat de mes clients?

05

Comment puis-je profiter de la convergence « web/mobile/physique/maison » pour rendre ce service encore plus pertinent ?

06

Avant de m’engager dans un nouveau bail de 7 ou 10 ans, n’existe-t-il pas de nouveaux formats de vente, plus agiles ou expérienciels, qui me permettront de tester mon nouveau modèle… et de communiquer de façon créative sur ma nouvelle approche ?!

Daniel LELLOUCHE & Caroline ROQUIGNY @ Workshop

Répondre

Votre adresse email ne sera pas visible.


Mentions légales - Contact - © WORKSHOP 2014