Quand les monomakers se font entendre

By Workshop 11 avril 2019 Blog No Comments

Un maker, c’est quelqu’un d’inventif qui fabrique lui-même des objets utiles à sa vie quotidienne, un informaticien qui bricole ses propres drones ou robots, ou encore un artiste qui détourne des objets… Autant de personnes qui adhèrent à la philosophie du faire soi-même et de l’autonomie d’accès aux objets de consommation, sans passer par le mass-market.

Né aux États-Unis au début des années 2000, le mouvement maker est en fort développement depuis dix ans : c’est le résultat de la convergence entre la culture numérique du libre et de l’open source d’un côté et des savoir-faire artisanaux plus traditionnels de l’autre.

Découlant de ce phénomène mondial, une nouvelle vague de commerces voit le jour : celle des « monomakers »

Le monomaker se caractérise par l’expertise qu’il a acquise dans la fabrication d’un seul et unique objet, il tient en général boutique où il va produire sous nos yeux l’objet de son savoir-faire ou de son obsession !

Ces magasins mono-produit peuvent dès lors proposer une offre de qualité, et une expertise sans égale.

La Start-up Cabaïa, qui conçoit des bonnets avec des pompons aimantés interchangeables, est devenue très rapidement une référence !

La food tech est au coeur de cette tendance. La boutique de L’éclair de génie à Paris ou Jacques Genin qui fait les meilleurs mille-feuilles ou les « dunes blanches » du Cap Ferret expert en chouquettes. Ou encore « Confiture Parisienne » où vous pouvez voir se confectionner devant vous et dans des chaudrons en cuivre la confiture de votre grand-mère mais en mieux !

© Eclair de Génie
©Anaïs Costet

Dans le marais également, la boutique Le Carré de pain de mie, propose des pains de mie à base de farine Japonaise qui donne un pain de mie mou ! ou fuka fuka, vous avez donc le choix entre pain de mie et … pain de mie. Ou des sandwichs absolument incroyables ! Ce qui guident ces monomakers, c’est avant tout le partage de leur passion avant toute volonté entrepreneuriale.

Mais comme les réseaux sociaux vivent du partage, l’obsession des monomakers peut vite se transformer en communauté et qui va assez rapidement pousser le monomaker à devenir entrepreneur !

Nos conseils


1-

Suivre l’une des 22 lois immuables du marketing, Al Ries and Jack Trout
« 
Si vous n’êtes pas leader dans votre catégorie, inventez-en une dont vous serez leader.”

2-

N’ayez pas honte d’être obsessionnel, au contraire partager votre passion grâce au RS vous verrez que vous serez très vite suivi, vous pourrez ainsi démarrer votre activité avec une communauté de fan !

3-

Profitez d’Appear Here pour tester votre concept sur quelques mois

4-

Montrez votre process de fabrication

5-

Faites appel à Workshop pour vous accompagner dans la création de votre concept retail !

Répondre

Votre adresse email ne sera pas visible.


Mentions légales - Contact - © WORKSHOP 2014